KikouBlog de PhilKiKou - Juin 2015
PhilKiKou

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

Archives Juin 2015

De col en col et de tunnel en tunnel côté Drôme, et entre Obiou et Mont Aiguille côté Isère

Par PhilKiKou - 09-06-2015 22:46:59 - 5 commentaires

****DIRESTRAITS*** Private investigation

">

Jeudi 14 Mai : c'est l'Ascension, et un des nombreux week-end à rallonge du mois de Mai (une bonne cuvée cette année 2015 côté pont;-) )

Côté météo c'est juste bien avant un vendredi qui s'annonce maussade. Dernière hésitation : choix entre la rando de la Roanne du club de Crest http://www.usc-cyclo.org/sorties.htm ( magnifique, mais des routes connues sauf la montée par le village de Pennes au col de Pennes ) ou voyage en terres inconnues dans la Drôme ??

La veille de la sortie je repère les grandes lignes d'une sortie « petites routes et cols inconnus », que j'affine sur openrunner pour voir si les mensurations (kms et D+) de cette sortie sont correctes. J'opte pour une formule testée dans les Bauges, c'est à dire une première boucle de plus de 100 kms, passage à la case départ, puis une 2° boucle si les cannes et le temps (horaire et météo) le permettent.

Mon collègue ne pouvant pas partir pour la journée, ce sera une sortie solo. Valence, Crest, Die, et arrêt à Recoubeau-Jansac.


 

1/ De col en col et de tunnel en tunnel côté Drôme

Recoubeau – Col de la Croix Haute ( 2h44/ 48kms )

7h. c'est parti pour quelques kms d'échauffement jusqu'à Luc-en Diois, Le Claps*** et même Miscon.

 

le 1° tunnel de la journée est ferroviaire sur la ligne Valence - Gap***

 

***Après avoir quitté Die, la ligne plonge vers le sud dans un décor splendide pour atteindre Luc-en-Diois suivi peu après par un viaduc qui franchit l'éboulement rocheux du Claps. Le tracé s'éloigne momentanément de la vallée de la Drôme et s'élève d'une quarantaine de mètres en traversant les tunnels de Clamontard et du Col-Bonnet pour déboucher dans une petite plaine qui est un ancien lac asséché. La ligne quitte la vallée de la Drôme peu après l'ancienne gare de Lesches-Beaumont, repart vers le nord et traverse Beaurières à plus de 700 m d'altitude.

À partir de cette gare, la ligne va gagner une centaine de mètres d'altitude par un tracé en forme de fer à cheval établi de part et d'autre de la vallée du Maravel. On dénombre 5 tunnels et 3 galeries sur ce tronçon.

Après avoir dominé le ruisseau de Chauranne, la ligne passe sous le col de Cabre par un tunnel de 3 764 m à 884 m d'altitude, point culminant du parcours, qui fait passer la ligne du département de la Drôme à celui des Hautes-Alpes. À la sortie de ce souterrain, se trouve la gare de La-Beaume. Le tracé serpente ensuite le long d'un affluent du Buëch, le ruisseau de Chauranne, dans un décor montagneux et boisé pour arriver, après avoir traversé le tunnel du Chevalet, à la gare de bifurcation d'Aspres-sur-Buëch, à 760 m d'altitude

Cette ligne est à voie unique sur l'ensemble de son parcours. L'armement de la ligne est ancien. En 2010, plus de la moitié de sa longueur est encore équipée de traverses métalliques. Le reste est composé majoritairement de traverses bois. Depuis 2007, de gros travaux de renouvellement ont été réalisés. Programmés jusqu'en 2014, ils ont déjà permis le renouvellement complet d'environ 20 km de voies entre Crest et Die.

Les tunnels sont au nombre de 13, complétés par 4 galeries de protection contre les éboulements. La partie souterraine cumulée est de 8 289 m, soit 7,6 % du parcours.

Le tunnel le plus important est celui du col de Cabre (3 764 m). Pour en faciliter l'aération, son gabarit est celui de la double voie. Il comporte 2 cheminées d'aération (encore visibles) de 185 et 100 m de hauteur. Son percement qui a duré 5 ans (1886 - 1891) a fait de nombreuses victimes à la suite d'explosions de grisou.

Il existe 2 autres tunnels notables, ceux du Col-Bonnet (863 m) et du Prieuré (1 026 m).

( http://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_de_Livron_%C3%A0_Aspres-sur-Bu%C3%ABch )



Le Claps de Luc en Diois, la route slalome entre les blocs de rochers***



***Claps de Luc et Saut de la Drôme

Spectaculaire éboulement de rochers dans la rivière Drôme. Retenue d'eau l'été où vous pourrez vous rafraîchir à l'ombre des pins et voir le saut de la Drôme. C'est aussi un site d'escalade idéal : plus de 120 voies de tout niveau et une via ferrata.

Un site étonnant avec une multitude de blocs, offrant une escalade plutôt typée dalle. La difficulté en général modérée, en fait un site destiné principalement à l'initiation et à la pratique de niveau moyen.
Un peu d'histoire :
Tout commença en 1442 quand une assise se détacha du flanc sud du Pic de Luc. En glissant elle vint heurter un éperon calcaire, se divisa, se brisa en blocs énormes et barra la Drôme en deux points... ainsi se formèrent deux lacs : le Petit en aval et le Grand en amont.
Le« Grand Lac» fait 5 km de long et attise les convoitises car il est poissonneux. En 1561 il devient ainsi la propriété des Chartreux de Durban, moines auxquels la viande est interdite.
Ce n’est qu’en 1804 que fût percé un énorme bloc, le «papa» , pour laisser s’écouler les eaux à l’endroit de l’actuel Saut de la Drôme. Ce vaste plan d'eau asséché laisse maintenant place à une plaine agricole (ferme des Bouligons en ruine et ses terrasses autrefois cultivées) et au marais des Bouligons, dernier vestige du lac disparu.
La nécessité d'éviter le Claps lors de la construction de la ligne de chemin de fer du «Briançonnais» au début du XXè siècle, a également valu au site un magnifique viaduc, long de 244 m et de 44 m de hauteur.

( http://www.ladrometourisme.com/fr/je-prepare/lieu-de-visite/grotte-amenagee-et-site-naturel--26disor100006--claps-de-luc-et-saut-de-la-drome--luc-en-diois.html )



Pas encore de baigneurs ce matin sous les nuages



2° tunnel du jour sur la route de Memphis... ou plutôt Miscon



Montée en pente douce avant le petit village de Miscon



Après le village la montée au Col démarre avec de bons %



Une biche dans un lacet veut faire la course jusqu'au Col



A vos marques, prêt,....



Bon, finalement je vais plutôt faire la course avec les ânes !

Les orchis vont m'accompagner toute la journée sur les talus des petites routes


un dernier coup d'oeil sur la vallée de Miscon


1° Col du jour : le discret Col de Miscon qui est passé de route forestière à route goudronnée en 1994 ***. Ce col est tranquille jusqu'au village puis grimpe bien après sur 3kms.

 

En arrivant au col les nuages se dissipent en troupeau de mouton

 

Vallée de Boulc

 

Le Grand Ferrand ou l'Obiou qui pointe le bout de sa cîme

 

La gentiane acaule : magnifique et bien présente dans la Drôme en Mai

 

2 de mes compagnons du jour : Gentiane et Orchis

 

Belle bâtisse sur un petit plateau dominant la vallée de Boulc

 

Un feu d'artifice de gentianes

 

Arrivé à Boulc

 

...et sa chapelle

 

3° tunnel : celui de Boulc mis en service fin 1997 pour désenclaver Boulc après un éboulement***


***Sur les trace de Gérard le Crestois , chasseur de plaques de cochers !! ( http://gerard.betton.over-blog.com/article-le-col-de-miscon-1023m-et-le-tunnel-de-boulc-40220719.html )

Sortie de Gérard en Novembre 2009 :
De la D93 au village de Miscon, il y a 6km sur une route montant légèrement.
C'est à partir du village (817m) que débute la montée au col (1023m).
Cette route était avant 1994 un chemin forestier.
Il a été goudronné afin de désenclaver le village de Boulc
après un glissement de terrain ayant emporté la route de Chatillon en Diois,
en attendant que soit construit un tunnel terminé en 1997, le tunnel de Boulc-en-Diois
Donc, en redescendant du col de Miscon, je traverse Boulc,
puis, par un tunnel bien éclairé (de 840m), je rejoins la route de Chatillon en Diois.
Il fait froid dans cette petite vallée de Boulc, car elle est très enfermée.
Il ne fait pas chaud, non plus, dans les gorges des Gâts, après le tunnel.

*Origine du tunnel :

"La RD 148, coupée à la suite d'un glissement de terrain survenu en janvier 1994, isole le village de Boulc-en-Diois situé dans
l'arrière pays du Diois, du chef-lieu Châtillon-en-Diois (distant de 7 km). Quatre solutions sont étudiées. Pour des raisons de
sécurité la solution d'un tunnel routier, comportant trois galeries hydrauliques est retenue, compte tenu du risque majeur
hydraulique existant par la présence du ruisseau "le Boulc" au bas de la falaise. Dans l'attente de trouver le financement de
l'opération : 56 millions de francs, les habitants de Boulc-en-Diois empruntent un ancien chemin forestier par le Col de Miscon
(1023 m) distant de 25 km du chef lieu. Les travaux débutent en septembre 1996, pour une durée de 18 mois. Le tunnel d'une
longueur de 840 m, avec une pente moyenne de 10 %, dégage 6 m de largeur roulable, avec un gabarit de 4,30 m. Il comporte
trois galeries hydrauliques de 20 m2 chacune de section. Le financement est assuré par le département de la Drôme, l'Etat, la région et l'Union européenne. Le tunnel est ouvert à la circulation le 24 décembre 1997


L'éclairage du tunnel a perdu de son intensité depuis 2009 : plus d'éclairage au plafond, mais sur les côtés, dustant d'environ 50m. ..Descente sur la pointe des roues malgré mon éclairage...

 

sortie de ce long tunnel de 850m. en pente et peu éclairé

 

4° tunnel au carrefour Boulc Gorges des Gats.Je ne traverse pas ce tunnel direction Chatillon-en-Diois, mais début de l' ascension du Col de Grimone

 

Bonjour les Des Gats

 

Ancienne habitation troglodyte

 

Belle cascade dans les gorges

 

Un rocher chandelle

 

Le Rio Sourd, petit ruisseau bien encaissé et mystérieux

 

Pas fait le crochet jusquau Sucettes de Borne***, la route est longue

 


***Sucettes de Bornes 1090 m - Diois

Sur la commune de Glandage, deux kilomètres au-delà de Borne, une tranquille balade touristique le long du ruisseau de Puscle nous introduit sur le site de ces élégantes flammèches pétrifiées jaillissant de verte fourrure des forêts.

( http://salvideo.canalblog.com/archives/2010/06/23/18401782.html )

Rocher Le Charan avec une centrale hydroélectrique où le ruisseau de Borne rejoint le Gas

 

5° tunnel...

 

.Après avoir franchi le ruisseau du Gas

 

Centenaire les tunnels ...agent-voyer kézako ?***


*** voyer nom masculin (latin vicarius, de vice, à la place de)

Agent qui était préposé à l'entretien des chemins et des rues.

Grand voyer de France,

officier d'administration des voies publiques, dont la fonction fut créée par Henri IV pour Sully (1599). [Cet office disparut en 1626.]

Un 6° se profile...

 

.. et un 7° à la sortie du précédent

 

J'enfile les tunnels comme des perles : un sacré collier avec un 8°tunnel

 

Sortie des Gorges...et je vais pouvoir rouler au soleil, les paysages en sont sublimés, rayonnants !!!

 

Village du Glandage :

 

le centre du village

 

son église

 

Des rochers me faisant penser à une fourmi..

 

Grimone après quelques lacets

 

Orchis balisant mon parcours

 

Le Col de Grimone est en vue, à portée de pédales

 

Souvenir de rando au Mont Jocou

 

Grimone et le Pic de l'Aigle juché à 1359m.

 

Bye bye la Drôme, bonjour l'Isère et le Trièves

 

Col de Grimone*** et les Amousières côté Drôme


***Le Col de grimone se grimpe bien, un peu plus raide avant Grimone, deux beaux lacets après le village, et beau changement de paysage des Gorges au Col , et le spectacle côté Isère vaut le détour...

Tête et Roc de Garnesier

 

* Présentation des sommets du jour

http://krapahut.over-blog.com/article-5994399.html



Majestueuse La Toussière du haut de ses 1916m.

 

Garnesier Ferrand Obiou

 

Lus la Croix Haute

 

Le Col le plus facile du jour

 

2/ Balade dans le Trièves à l'ombre de l'Obiou et du Mont-Aiguille

par les cols de Mens et Menée

 

Chapelle Notre Dame de Bon Secours

 

Lalley

 

Clelles Le Mont-Aiguille et le Grand Veymont

 

Rocher des 2 Soeurs (Agathe et Sophie) et Grande Moucherolle

 

Chouette découverte que le Trièves avec le Grand et Petit Ferrand

 

Tréminis et Le Rattier à 1436m.

 

La Pointe Feuillette, Montagne de Paille et un nuage de pollen

 

Tréminis entre verdure et le Garnesier

 

Fleurs ressemblant un peu au muguet

 

Col de Mens, fermé l'hiver : Une belle découverte au printemps !


Col à partir de Tréminis court mais de bons % ( 6/7% ?)

 

Le Grand Ferrand et La Ratière

 

Vision panoramique de l'Obiou au Mont-Aiguille

 

Mens après presque 80 kms... ( 77kms / 4h. )

 

...l'heure de penser à la pause casse-croûte avec 2 mômes complices pour choisir des bonbons en allant chercher le pain : un bon exercice de calcul mental !!!

 

Clelles, le Mont-Aiguille et le Grand Veymont

 

Eglise de Clelles, le Mont-Aiguille


Majestueux et imposant dans son écrin de verdure le Mont-Aiguille***, à l'attaque du Col de Menée

 

***MONT-AIGUILLE

Au moyen âge, le Mont Aiguille, baptisé en latin Supereminet Invius qui signifie "Il se dresse, inaccessible", est perçu comme un énorme rocher d'une hauteur prodigieuse.

Les dessinateurs de l'époque le représentent sous la forme d'un champignon ou d'une pyramide renversée. Sous l’ancien Régime, il jouit d’une popularité supérieure à celle des géants des Alpes, ignorés du plus grand nombre.

En 1211, Gervais de Tilbury, neveu du roi d'Angleterre Henri II, le décrit comme un mont inaccessible duquel choit une source transparente; au sommet, de l’herbe verdoie et l’on y voit parfois des draps blancs, étendus pour sécher, selon l’usage des lavandières. Les lambeaux de neige qui subsistent au printemps sur la prairie sommitale et l'imagination du narrateur juché sur la cime  du grand Veymont suffisent pour accréditer la légende des lavandières du Mont Aiguille.

Certaines des légendes qui s’y rapportent ont pu retenir l’attention des princes. La plate-forme sommitale apparaissait en effet, dans bien des esprits, comme une sorte d’Eden, un territoire préservé du monde profane.

1492, première au Mont Aiguille

A la fin du Moyen-age en 1490, le jeune roi Charles VIII impressionné par la silhouette de cette tour rocheuse lors d'un voyage de Lyon à Notre Dame d'Embrum, pour accomplir un pèlerinage sur les traces de de son père, le roi Louis XI le pieux, charge Antoine de Ville, seigneur de Dompjulien, spécialiste de l’assaut des places-fortes, de se risquer à l’ascension de la divine montagne. Cette expédition, authentifiée par un acte notarié, a été réalisée à la fin du mois de juin 1492. Yves Lévy, huissier de son état effectue le constat depuis le bas "Ne voulant pas s'exposer d'y monter par le danger qu'il y avait d'y périr et par l'impossibilité d'y arriver de peur  qu'il ne parût tenter le seigneur...". Antoine de Ville se fait assister par Sébastien de Carrecte, prédicateur apostolique, Reynaud, escalleur du roi (échelleur), Cathelin Servet, maître tailleur de pierres de l'église Sainte Croix de Montélimar, Pierre Arnaud maître charpentier de Montélimar, Guillaume Sauvage, laquais, Jean Lobret, habitant de Die, François de Bosco, aumônier. L'ascension est réalisée par cette équipe de "spécialistes" au moyen d'échelles, de cordes et de grappins.  Ils découvrirent "un beau pré qui demanderait 40 hommes pour le faucher, avec des fleurs de couleurs et de parfums divers, et une belle garenne de chamois". Antoine de Ville et ses compagnon séjournèrent plusieurs jours sur la prairie sommitale, y burent et y mangèrent, firent dire des messes, baptisèrent le mont "Agulle Fort", érigèrent 3 croix et bâtirent une petite maison de pierres sèches.
L’événement est aujourd’hui considéré comme l’acte de naissance de l’alpinisme. Il est cependant difficile de savoir ce qui a pu motiver une telle entreprise conquérante. Sans doute la date de cette ascension –correspondant à un autre événement majeur de la prise de possession de l’espace (la découverte du « nouveau monde » par Christophe Colomb)– témoigne-t-elle des motivations des souverains de l’époque désireux d’étendre leurs prérogatives sur des territoires nouveaux, assimilés, dans l’imaginaire de l’époque, au paradis terrestre. 
Rabelais évoque dans son Quart Livre quelques années plus tard l'expédition et la région. Il évoque une contrée "scabreuse, pierreuse, montueuse, infertile, mal plaisante à l'oeil, très difficile aux pieds et un peu moins inaccessible que le mont du Dauphiné, ainsi dit pour ce qu'il est en forme de potiron", son ascension, et la surprise des grimpeurs trouvant au sommet un vieux bélier, sans doute apporté là après avoir été enlevé tout agneau par quelque aigle ou duc chat-huant".

1940 La partie la plus haute du Mont Aiguille s'écroule, le sommet descend 11 mètres.

1957, un avion se pose sur le Mont Aiguille

Le 27 août 1957, Henri Giraud, virtuose de pilotage en montagne formé par Hermann Geiger le pilote des glaciers, pose un petit Piper J 3 américain sur la prairie sommitale. Henri Giraud avait commencé par escalader le Mont Aiguille par la voie normale. quelques jours plus tard 2 hélicoptères déposaient du matériel et des hommes pour aménager une piste sommaire de 80 mètres de long, 20 de large. Le même jour il  effectuera 3 rotations successives avant de récidiver sur la neige en 1959, accumulant au total 53 atterrissages entre 1957 et 1975 sur le porte-avion Mont aiguille. Images (virtuelles) de l'atterrissage sur le Mont Aiguille par Tonio Scramble: Go et vraies images de l'aterrissage

1992, célébration nationale de la naissance de l'alpinisme.

Du 26 juin 1992 au 13 juillet 1992 fut organisé une série de manifestations à l'occasion du 500e anniversaire de la première ascension du Mont Aiguille, dont la signature d'une charte d'éthique et d'entraide, l'ascension d'une nouvelle voie d'escalade baptisée "la 500e", une ascension par des handicapés physiques, "les choralies du Trièves" avec 500 choristes, une rencontre internationale de vol libre, parapente, aile delta et ULM, et un spectacle pyrotechnique avec 200 figurants, "L'inaccessible Étoile".

( source : http://montaiguille.free.fr/frames_alpinisme.htm )

La tête du Mont-Aiguille survolée par 2 oiseaux

 

Et il est ou le passage pour aller sur le plateau du Mont-Aiguille ??

 

Derrière la Tête Chevalière la Pas de lAiguille, lieu de résistance des maquisard***

 

***6- le piège du Pas de l'Aiguille

  • Juillet 1944, la bataille fait rage sur les nombreux cols escarpés qui ceinturent le Vercors. Le 22, au Pas de l'Aiguille, 23 maquisards sont coincés dans une grotte prise sous le feu ennemi. Ils résistent pendant plus de 30 heures aux assauts. En pleine nuit, ils tentent une sortie et réussissent à s'échapper en dévalant la pente. Hélas, 8 de leurs camarades sont morts, là-haut, 3 d'entre eux, grièvement blessés, choisissent de mettre fin à leurs jours à l'intérieur de la grotte.

  • (source http://www.vercors-net.com/dossiers/histoire/resistance.html )



Roulé avec un cyclo-randonneur de Dieulefit durant la montée du Col. Il fait le tour du Vercors en 5 jours

 

Au Col du Prayer : la ferme Chrétien

 

Les crêtes de Grande Leirie et une orchis

 

Un petit air de Case Deserte

 


Rocher de la Fenêtre et le Mont Barral à 1903m.

 

Quel est le meilleur moyen de rentrer dans la Drôme ?..Et bien par le 8° tunnel du jour

 

Col de Menée*** le point le plus haut du jour 1402m.

*** Col plus dur au départ, et des % moindres à partir du col du Prayer

 

3/ Looooooooooongue descente sur Châtillon en Diois et retour à la case départ

sans col ni tunnel, sans tambour ni trompette, mais avec vélo et casque (faut pas pousser …)

 

Le Col et le Mont Barral vue côté Drôme

 

Les Rochers de Combeau

 

L'église de Menée, porte d'accès au cirque d'Archiane et les falaises de la Montagne du Glandasse

 

Un air de Giono et de Provence à Chatillon en Diois

 

Plaque de cocher qui fait déjà partie de la belle collection de Gérard le Crestois

 

Retour à Recoubeau et à la case départ...boucle au Col de Pennes ou pas (là-haut dans le creux)

 

Recoubeau le village perché au-dessus de la route de Luc en Diois

 

Allez c'est parti je reprends de l'altitude avec des champs de lavande, Recoubeau et le Glandasse... après un passage à la voiture après 6h45 et 135kms

 

...et en levant la tête, le village de Jansac

 

1° étape : arrivée au village au bout de 3kms...

 

Rochers des Baux à droite du Sommet de la Plaine à 1231m.

 

Toujours de belles couleurs printanières

 

Jansac et le Glandasse

 

Un beau passage aérien....

 

Un pin accroché à la falaise

 

Le Col de Pennes n'est pas loin, juste après le virage

 

C'est non sans peine que j'atteinds ce nouveau et 5° Col

 

Aucelon et la Servelle à plus de 1600m.

 

Malgré une route barrée à Aucelon je plonge dans la vallée de l'Aucelon avec les 3 Becs au loin

 

Belle vue aérienne de la région de la Roanne et de la Montagne d'Angèle. Ca me donne l'idée d'un parcours de village cul-de-sac comme Rimon et Savel ou Brettes

 

Présentation de la Vallée de l'Aucelon

 

Chapelle d'Aucelon

 

Plaque de cocher d'Aucelon faisant partie de la collection de Gérard

 

les Rochers du chateau, le Pas et les Rochers de St Michel. A tout à l'heure le village de Pennes

 

Le Colombier sur un promontoire entre Aucelon et Roanne. Montagne de Faraud et de Chabanat.

 

Parcours commun avec la rando de la Roanne du club de Crest

 

Des chèvres branchées dans la vallée de la Roanne

 

Allez c'est parti pour cette montée courte mais un bon raidar

 

Une rando bien fleurie

 

Un petit crochet de quelques centaines de mètres pour une pause Coca à Pennes avec la Servelle à l'horizon

 

Auberge de Pennes en balcon de la vallée de l'Aucelon : magnifique !!!

 

La chapelle de Pennes

 

Heureusement que l'arrivée n'est pas loin car le soleil est en train de se voiler avec des nuages pas encore menaçant..J'aurai de la pluie au retour en voiture du côté de Valence.

 

Paroi rocheuse des Rochers de St Michel . Semble idéal pour l'escalade

 

La Servelle et le Cuchet an arrière plan, Aucelon et le village éponyme

 

La boucle d'Aucelon est bouclée, malgré la route barrée. Moins d'un km pour atteindre le Col de Pennes pour la 2° fois

 

Yapuka descendre tout schuss

 

Le village de Barnave et la façade sud du Vercors

 

Une succession de lacets pour rejoindre la vallée de la Drôme

 

et voilà une belle journée bouclée en 9h46' de vélo pour 182kms et 3711m.de D+ ...et des paysages « magnifaiilleque !! »

 

Cols Miscon- Grimone- Croix Haute- Mens- Menée- Pennes (2 fois) par PhilKiKou

Date

15/5/2015

 

 

Distance

182 kms

Lieu

Recoubeau-Jansac

 

 

Dénivelé

3711 m D+ / 3711 m D-

Sport

Cyclisme

 

 

Durée

09h46'20''

 

 

 

FC Moy/Max

-/-

 

Moyenne

18.62 km/h

Commentaire public

*Openrunner n°4800237
*Col Croix Haute 2h44/48kms *Mens 4h/77kms *Recoubeau 6h45/135 *Col de Pennes 7h42/146 et 9h20/169

*1 biche - 1chevreuil
*roulé avec 1 cyclo randonneur montée col de Menée

 

Voir les 5 commentaires

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.2 - 239383 visites