L'humour cinglant, dérangeant et dérangé de Pierre Desprosges sur Noël, la nouvelle année et ..Serge Gainsbourg
PhilKiKou

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

L'humour cinglant, dérangeant et dérangé de Pierre Desprosges sur Noël, la nouvelle année et ..Serge Gainsbourg

Par PhilKiKou - 03-01-2014 14:03:07 - 6 commentaires

( source : http://www.desproges.fr )

NOËL, Dictionnaire superflu à l'usage de l'élite et des bien nantis

Noël nom donné par les chrétiens à l’ensemble des festivités commémoratives de l’anniversaire de la naissance de Jésus-Christ, dit « le Nazaréen », célèbre illusionniste palestinien de la première année du premier siècle pendant lui-même.
Chez le chrétien moyen, les festivités de Noël s’étalent du 24 décembre au soir au 25 décembre au crépuscule.
Ces festivités sont : le dîner, la messe de minuit (facultative), le réveillon, le vomi du réveillon, la remise des cadeaux, le déjeuner de Noël, le vomi du déjeuner de Noël et la bise à la tante qui pique.
Le dîner : généralement frugal ; rillettes, pâté, coup de rouge, poulet froid, coup de rouge, coup de rouge. Il n’a d’autre fonction que de « caler » l’estomac chrétien afin de lui permettre d’attendre l’heure tardive du réveillon sans souffrir de la faim.

La messe de minuit : c’est une messe comme les autres, sauf qu’elle a lieu à vingt-deux heures, et que la nature exceptionnellement joviale de l’événement fêté apporte à la liturgie traditionnelle un je-ne-sais-quoi de guilleret qu’on ne retrouve pas dans la messe des morts.
Au cours de ce rituel, le prêtre, de son ample voix ponctuée de grands gestes vides de cormoran timide, exalte en d’eunuquiens aigus à faire vibrer le temple, la liesse béate et parfumée des bergers cruciphiles descendus des hauteurs du Golan pour s’éclater le surmoi dans la contemplation agricole d’un improbable dieu de paille vagissant dans le foin entre une viande rouge sur pied et un porte-misère borné, pour le rachat à long terme des âmes des employés de bureau adultères, des notaires luxurieux, des filles de ferme fouille-tiroir, des chefs de cabinet pédophiles, des collecteurs d’impôts impies, des tourneurs-fraiseurs parjures, des O.S. orgueilleux, des putains colériques, des éboueurs avares, des équarrisseurs grossiers, des préfets fourbes, des militaires indélicats, des manipulateurs-vérificateurs méchants, des informaticiens louches, j’en passe et de plus humains.
A la fin de l’office, il n’est pas rare que le prêtre larmoie sur la misère du monde, le non-respect des cessez-le-feu et la détresse des enfants affamés, singulièrement intolérable en cette nuit de l’Enfant.

Le réveillon : c’est le moment familial où la fête de Noël prend tout son sens. Il s’agit de saluer l’événement du Christ en ingurgitant, à dose limite avant éclatement, suffisamment de victuailles hypercaloriques pour épuiser en un soir le budget mensuel d’un ménage moyen.
D’après les chiffres de l’UNICEF, l’équivalent en riz complet de l’ensemble foie gras-pâté en croûte-bûche au beurre englouti par chaque chrétien au cours du réveillon permettrait de sauver de la faim pendant un an un enfant du Tiers Monde sur le point de crever le ventre caverneux, le squelette à fleur de peau, et le regard innommable de ses yeux brûlants levé vers rien sans que Dieu s’en émeuve, occupé qu’Il est à compter les siens éructant dans la graisse de Noël et flatulant dans la soie floue de leurs caleçons communs, sans que leur cœur jamais ne s’ouvre que pour roter.

La remise des cadeaux : après avoir vomi son réveillon, le chrétien s’endort l’âme en paix. Au matin, il mange du bicarbonate de soude et rote épanoui tandis que ses enfants gras cueillent sur un sapin mort des tanks et des poupées molles à tête revêche comme on fait maintenant.

Le déjeuner du réveillon : la panse ulcérée et le foie sur les genoux, le chrétien néanmoins se rempiffre à plein groin, se revautre en couinant de plaisir dans les saindoux compacts, les tripailles sculptées de son cousin cochon et les pâtisseries immondes, indécemment ouvragées en bois mort bouffi. ô bûches de Noël, indécents mandrins innervés de pistache infamante et cloqués de multicolores gluances hyperglycémiques, plus douillettement couchées dans la crème que Jésus sur la paille, vous êtes le vrai symbole de Noël.

Extrait du
Dictionnaire superflu à l’usage de l’élite et des bien nantisÉditions du Seuil, Points

 

 

Serge Gainsbourg

Le seul génie qui ressemble à une poubelle.

Quand j’étais petit garçon il y avait, dans le village limousin où je passais mes vacances, un homme à tout et à ne rien faire qui s’appelait Chaminade. Chaminade tout court. Au reste, il était trop seul au monde pour qu’un prénom lui fût utile.
C’était un homme simple, au bord d’être fruste. Il vivait dans une cabane sous les châtaigniers des bosquets vallonnés de par chez nous. Sur une paillasse de crin, avec un chien jaune, du pain dur et du lard. L’été, il se louait aux moissons, et bricolait l’hiver à de menus ouvrages dans les maisons bourgeoises. À période fixe, comme on a ses règles ou comme on change de lune, Chaminade entrait en ivrognerie, par la grâce d’une immonde vinasse que M. Préfontaines lui-même n’eût pas confiée à ses citernes. Il s’abreuvait alors jusqu’à devenir violet, spongieux, sourd et comateux. Après sept ou huit jours, sa vieille mère, qui passait par là, le tirait de sa litière et le calait dehors sous la pompe à eau, pour le nettoyer d’une semaine de merde et de vomis conglomérés.
La plupart du temps, Chaminade n’avait pas le sou pour se détruire. Les petites gens du bourg se mêlaient alors de l’aider. Il faut chercher autour des stades pour trouver plus con qu’un quarteron de ploucs désœuvrés aux abords d’un bistrot.
– Ah, putain con, les hommes, regardez qui voilà-t-y pas sur son vélo ? Ho, Chaminade, viens-tu causer avec nous autres, fi de garce ? Chaminade ne refusait pas. Quand il rasait ainsi les tavernes à bicyclette, c’est qu’il était en manque.
Alors les hommes saoulaient Chaminade. Parce qu’on s’emmerde à la campagne, surtout l’hiver à l’heure du loup, et je vous parle d’un temps où la télé n’abêtissait que l’élite. Au bout de huit ou dix verres, Chaminade était fin saoul, il prêtait à rire. C’est pourquoi on l’appelait Chaminade tout court, comme on dit Fernandel.
Quoi de plus aimablement divertissant, en effet, pour un pauvre honnête, que le spectacle irrésistible d’un être humain titubant dans sa propre pisse en chantant Le Temps des cerises ?
On s’amusait vraiment de bon cœur, pour moins cher qu’un ticket de loto qui n’existait pas non plus. On lâchait l’ivrogne sur la place du Monument-aux-Morts où il se lançait alors dans un concours de pets avec le poilu cocardier. Parfois, il improvisait sur La Mort du cygne, tenant les pans de sa chemise comme on fait d’un tutu, avant de s’éclater dans la boue pour un grand écart effrayant. Et les hommes riaient comme des enfants.
En apothéose finale, on remettait de force Chaminade sur son vélo et on lui faisait faire le tour du monument. À chaque tour sans tomber, il avait droit à un petit coup supplémentaire, direct au tonnelet.
Un jour, Chaminade s’est empalé sur le pic de la grille métallique, mais il n’en est pas mort. « Il y a un Dieu pour les ivrognes », notèrent avec envie les bigotes aquaphiles, qui voguent à sec dans les bénitiers stériles de leur foi rabougrie. La dernière fois que j’ai vu Serge Gainsbourg en public, il suintait l’alcool pur par les pores et les yeux, et glissait par à-coups incertains sur la scène lisse d’un palais parisien, la bave aux commissures et l’œil en perdition, cet homme était mourant. Un parterre de nantis bagués et cliquetants l’encourageait bruyamment à tourner autour de rien en massacrant les plus belles chansons nées de son génie.
Irrésistiblement, ces cuistres-là m’ont fait penser aux ploucs, et lui à Chaminade.

Fonds de Tiroir Éditions du Seuil, Points
Ce texte devait figurer dans un recueil que préparait Pierre Desproges. Le titre prévu était : "
Je les connais bien, je leur ai touché la main"



L'humour ?

L’humour, c’est le droit d’être imprudent, d’avoir le courage de déplaire, la permission absolue d’être imprudent.
L’Événement du jeudi 2 octobre 86

Je n’aime pas faire de la peine aux gens. Déranger, oui, mais pas blesser.
Sud Ouest 19 octobre 1984

Est-ce que votre humour a évolué depuis 15/20 ans ?
L’humour, c’est comme les yeux bleus, on en a ou on n’en a pas. Simplement en prenant de l’âge et du métier, en fourbissant ses outils, on s’aiguise. Les outils, c’est le regard qu’on porte sur les choses. On garde les même outils pour fabriquer d’autres projets. L’humour, c’est un regard sur les choses. Un regard déformant.
N comme nouvelles (avril 87) Propos receuillis par Jean-Louis Berger et Gilles Brochard

Humoriste, c’est un mot grave et prétentieux comme philosophe ou spécialiste : je ne suis pas spécialiste de l’humour. C’est par humilité que je ne veux pas être humoriste. En revanche, c’est par vanité que je ne veux pas être comique. Un comique c’est un type qui a le nez rouge, qui pète à table, qui se met une fausse barbe : ça me glace totalement.
Libération 3 février 1983

Est-ce que le rire panse vos plaies profondes ?
Non, pas mes plaies profondes, mes plaies superficielles, comme l’ivrogne qui boit pour oublier qu’il a honte de boire.


         

Billet précédent: Adolphe SAX.. par les déSAXés ! ! !
Billet suivant: Rolando VILLAZON : un ténor qui donne envie de découvrir l'opéra !!!

6 commentaires

Commentaire de Benman posté le 03-01-2014 à 22:03:43

Desproges nous manque vraiment... il a malheureusement réalisé sa prophétie: "noël au scanner, Pâques au cimetière"...
Merci de lui redonner son heure de gloire ici.

Commentaire de p'tetortue posté le 04-01-2014 à 14:43:16

Pierre Desproges?? acide mais lucide!
merci Philippe, pour ce billet.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 04-01-2014 à 20:54:33

Desproges, quand il parlait du cancer, parlait de celui d'une amie très proche et non du sien. Sa femme Hélène a témoigné de manière précise sur ce sujet, Desproges n'a jamais su ou voulu admettre qu'il avait le cancer. Quand il a eu des problèmes de santé, comme cela se faisait à l'époque (j'ai eu le cas dans ma famille), on avertissait le conjoint et on ne prononçait pas le mot de cancer devant le malade. La lucidité de Desproges n'était pas valable pour lui, ce qui le rend encore plus humain. Il n'a admis la gravité de son mal qu'à la toute fin.
Je l'ai vu quelques mois avant sa mort dans une librairie d'Alençon, il m'a gentiment dédicacé un de ses ouvrages. Je ne lui ai pas trouvé bonne mine... Son spectacle le soir même m'a enchanté et quand, plus tard, j'ai appris sa mort, j'ai réalisé quelle perte cela représentait.

Commentaire de philtraverses posté le 04-01-2014 à 21:09:19

heureusement, les temps ont changé vis à vis de l'attitude à adopter avec le malade et l'information qui lui est due, qui doit lui être donnée de manière adapté à sa capacité à supporter l'info, mais donnée quand même.
Sinon, nous regrettons l'humour vis de desproges auprès duquel un certain amateur de quenelles, qui s'en prend d'ailleurs à desproges, n'est que vide..

Commentaire de Arclusaz posté le 05-01-2014 à 17:40:15

Desproges, je n'aime pas tout mais il a eu des fulgurences. Certaines émissions du Tribunal sont géniales (celle de Le Pen, par exemple).

Une autre sur le cancer :
"Moi, j’ai pas de cancer, j’en aurai jamais je suis contre."

Commentaire de caro.s91 posté le 06-01-2014 à 14:48:00

Je garde en mémoire la truculence de Desproges que j'écoutais très régulièrement. Je me souviens parfaitement des chroniques de la haine ordinaire sur France Inter en rentrant du travail...
Merci pour ces textes !

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.17 - 239363 visites