« PILE A L'AUTOMNE ! »
PhilKiKou

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

« PILE A L'AUTOMNE ! »

Par PhilKiKou - 09-11-2014 17:42:35 - 7 commentaires

Pilat : l'automne

De Gimel jusqu'au Rhône

les petites routes, je sillonne.

Sans en faire des tonnes

c'est tout sauf monotone.

Toutes ces couleurs m'étonnent,

La beauté rayonne,

m'enivre , me laisse aphone.

Sans un bruit, dans ma tête, je chantonne :

"Je suis bien dans le Pilat à l'automne"



~~~~~~~~~~~~~~

Les Cowboys Fringants - Toune d'automne



Après un épisode Cévénole avec beaucoup de pluie, cela fait quelques jours durant lesquels c'est le « Grand Bleu » la journée, pleine lune la nuit avec des gelées matinales. Un épisode pluvieux est à nouveau annoncé, il faut donc profiter de cette dernière journée de beau temps automnal.

Départ à 7h45 avec mon collègue qui a déjà 13kms dans les pattes pour monter de la Vallée du Rhône et sortir du brouillard.

Frais ce matin, mais pas de gelée. Parti avec la tenue d'hiver que je supporterai bien toute la journée

-Davézieux-CROIX de Chaubouret

*Pas l'ombre d'un doute, le soleil arrive pour illuminer les couleurs d'automne !!!



*Après le Col du Fayet et St Julien Molin Molette, à l'assaut du Pilat à partir de Maclas.

*Après Véranne la chapelle St Sabin tout là-haut.



*Les merisiers apportent leurs touches de rouge oranger



*Au Verdier, après une belle montée au soleil



*Pris la petite route montant à la Chapelle St Sabin. Un poney et un âne se réchauffe après les gelées du matin.



*Le ruisseau du Ternay qui descend du Col de l'Oeillon...



*Le Ternay avec le Crêt de Botte (1391m.) en arrière-plan



*L'automne est bien là.. et l'hiver pointe déjà le bout de ses flocons !!!



-CROIX de Chaubouret – CROIX de Caille

*Début de descente un peu fraîche dans les bois, avant de se réchauffer au soleil,.. et à la vue de Graix


*Toujours Graix au loin et Thélis la Combe à nos pieds.



*entre Thélis et La Versanne j'adore passer par la route de La Côte en balcon, avec vue plongeante sur Bourg-Argental...



*...Et pause-fontaine pour faire le plein à Comboursière.



-Passage à La Versanne, coupé la route de Saint-Etienne pour prendre une belle petite route et rejoindre la Croix de Caille et Gimel à 1200m. d'altitude.



*A Chazeau un sanglier avec sa belle laie.



*Près de la Croix de Caille et de la tourbière de Gimel blocs de granit et vue sur les Alpes et le brouillard dans la vallée du Rhône .



CROIX de Caille – St Bonnet-le-Froid

*Et si j'allais faire un petit tour vers le Crêt de Chaussitre (1245m.)



*Passé les bornes (Michelin), y'a que du bonheur de rouler avec ce temps-là !!!

*Etang près de la Scie de Gimel

*Pour le Crêt de Chaussitre je n'ai pas emmené mon VTT.. A l'horizon le Mézenc et le Gerbier.



*Face Sud du Chaussitre



*Passage à Marlhes avant Riotord

*Pause à la boulangerie du village (pain aux raisins, sablé) et au café « les p'tits verts » pour un grand café.

*Bye Bye Riotord et sa cabane du pêcheur, direction la vallée de la St Bonnette.

*après être passé sous le viaduc de la voie verte (ancienne voie ferrée) belle rencontre avec une amanite tue-mouche***



***L'amanite tue-mouches, comme d'autres membres de cette famille, est un champignon toxique !
En cas de consommation, elle provoque une accélération du pouls accompagnée d'une sensation d'ivresse.
Agissant comme une drogue, elle donne des hallucinations et des vertiges,  dilate les pupilles et assèche la bouche...
Il y a des amanites qui se mangent, comme l'oronge, l'amanite fauve, l'amanite rougissante (bien cuite !)... mais en raison de confusion possible avec des espèces mortelles ou très toxiques, je déconseille leur consommation par des débutants en mycologie.
Il faut être prudent lorsque l'on consomme des amanites : certaines amanites tue-mouches perdent "les points blancs" de leur chapeau et se décolorent pour devenir oranges sous l'effet de la pluie, elles ressemblent alors à l'amanite des césars (oronge) qui est un excellent comestible.


Dès notre plus tendre enfance, l'amanite tue-mouches nous paraît familière, c'est certainement le champignon que tout le monde connait en premier, que les parents s'efforcent de montrer comme étant LE champignon à ne pas toucher, pourtant il y a pire, mais l'amanite tue-mouche est bien plus facile à reconnaître...
Après avoir fait peur aux enfants en leur expliquant bien de ne pas les ramasser, et de bien se laver les mains si cela arrivait, l'histoire se finit souvent par un coup de pied majestueux dans ces "maisons  
de schtroumpfs" !
Triste vie que celle d'une amanite tue-mouche, elle qui est si utile au sol de la forêt, et par là-même, utile à tout ce qui y pousse...
Si l'envie vous prend de vouloir jouer au foot avec l'une d'elles, pensez-y et voyez plutôt une bonne occasion d'apprendre quelque chose d'intéressant à vos enfants : "On admire, mais on ne touche pas et on fait attention de ne pas l'écraser, elle aide les arbres à vivre".

Tout comme le cèpe de Bordeaux, l'amanite tue-mouche vit en symbiose avec des arbres, c'est pourquoi on la trouve souvent en compagnie de pins ou de bouleaux, entre autres...
Elle entretient avec eux d'étroits rapports qui permettent à chacun de profiter de la présence de l'autre, l'amanite tue-mouche est donc un champignon très utile à la forêt et mérite notre respect.

Les cèpes de Bordeaux et les amanites tue-mouches sortent en masse pratiquement en même temps, ces dernières sont donc de bons indicateurs pour savoir quand trouver des cèpes.
On les trouve tous les deux à l'automne dès que le temps devient plus humide, que la forêt est plongée dans le brouillard au petit matin. ( http://nature-et-decoration.wifeo.com/amanite-tue-mouches.php )

*Les mélèzes et leur touche jaune oranger

*Maton, ancien moulin avec encore des gelées blanches en début d'après-midi

*Du bouillon, mais la St Bonnette à regagner son lit

*Une île..., entre le ciel et l'eau.

*Une touche de hêtre dans un sous-bois de mousse.

*Des fusées aux couleurs d'automne enflammées par le soleil partent de temps en temps dans cette vallée verdoyante.

*Auprès de mon arbre je vivais heureux...




*Un oasis de mélèzes***



*Un mélèze isolé, avec un pin à gauche et un bois de Douglas



***Membre de la famille des conifères, le mélèze a tout ou presque du sapin. À une différence près, mais de taille : il est le seul résineux d'Europe à feuillage caduque. Ds l'automne, il revêt une superbe parure dorée puis perd ses épines. Arbre de montagne, il pousse rarement en plaine, hormis quelques hybrides devenus résistants.

Mon beau sapin, roi des forêts… Cette chanson, célèbre chez nous, se chante toute l'année mais revient surtout au moment de Noël, où le sapin, à défaut d'être dans les forêts, est le roi de la fête. On pourrait chanter le même refrain pour le mélèze, même si ce conifère ne sera jamais un arbre de Noël, puisqu'il se dénude en hiver. Le mélèze a pourtant bien d'autres avantages. Seigneur de la montagne, il se rencontre sur les plus hautes altitudes des Alpes, à la limite du développement de la végétation. Les sapins et les épicéas ne s'aventurent jamais aussi haut, sur des terrains aussi désolés, lessivés par l'érosion, truffés de cailloux. Le mélèze est une essence dite pionnière, qui se développe sur des terrains presque incultes, là où rien ne pousse ou n'a poussé depuis des années.

CHAMPION DE LA RÉSISTANCE AU FROID

Aussi sobre qu'un ascète, le mélèze est aussi champion de la résistance au froid. Il est l'un des seuls arbres à pousser sous des latitudes septentrionales extrêmes. Essence de la taïga, la forêt boréale qui couvre une grande partie du Canada et de la Sibérie, il côtoie le bouleau, aussi résistant et pionnier que lui. Le mélèze parvient à supporter des températures glaciales en hiver, inimaginables chez nous : jusqu'à - 70 °C !

Il s'agit là de l'espèce Larix dahurica, répandue en Sibérie. Bien sûr, les mélèzes confrontés à une telle froidure ne se développent pas de manière exubérante et ressemblent plutôt à des arbustes. Mais ils parviennent cependant à pousser et se contentent d'un été très court pour sortir leurs aiguilles, leurs fleurs et fabriquer des graines qui donneront, peut-être d'autres mélèzes.

Il existe d'autres espèces répandues sur tous les continents de l'hémisphère Nord. Larix decidua, le mélèze d'Europe, pousse en haute montagne. On le rencontre dans toute la chaîne des Alpes, surtout au sud, car il préfère un climat plus ensoleillé et moins pluvieux. En France, l'espèce a été transplantée avec succès dans les Pyrénées, les Vosges et le Massif Central. Larix decidua croît aussi à l'état naturel dans les monts en Hongrie et en Tchécoslovaquie.

Les mélèzes d'Amérique du Nord poussent dans les Rocheuses, aux confins du nord-ouest des États-Unis ainsi qu'au Canada. L'une des espèces, surnommée hackmatack par les Indiens, est capable de s'élever jusqu'à cinquante mètres de haut, rivalisant avec les plus hauts conifères des régions boréales.

DES ARBRES SUR LE TOIT DU MONDE

Plusieurs espèces sont originaires des montagnes de Chine et du Tibet, où elles poussent presque sur le toit du monde, entre deux et quatre mille mètres d'altitude. Enfin le mélèze du Japon, Larix kaempferi, est aussi résistant au froid qu'à l'humidité. Il prospère sur les versants du Fuji Yama, où les brouillards persistants ne le dérangent pas. On a pu l'acclimater en France, dans des zones beaucoup plus basses et plus humides que les Alpes du Sud. Il résiste bien mieux aux maladies que les espèces montagnardes qui meurent au bout de quelques années hors de leurs milieux de prédilection.

Le mélèze a besoin de froid pour bien se développer et il a su s'y adapter depuis des millénaires. C'est pour résister à l'hiver qu'il se comporte comme un feuillu. Dès l'automne, ses fines épines virent au jaune d'or et ensoleillent les bois et les versants montagnards dans un embrasement général. Le mélèze devient alors véritablement roi des forêts.

Ce spectacle dure peu, hélas, car les aiguilles deviennent brunes en quelques jours puis tombent rapidement. Elles forment un épais tapis, précieux pour le sol car elles se transformeront en humus et favoriseront le développement d'autres espèces végétales.

Reste le tronc et les branches minces, silhouette noire et squelettique qui semble morte. La perte des épines sert à supporter les dures conditions hivernales en montagnes ou en climat boréal. Protégé par une écorce épaisse, le mélèze ne donne aucune prise au froid et laisse passer les intempéries.

Au printemps, il renaît en émettant de fines aiguilles vert tendre, qui semblent sortir des branches nues comme par miracle. Elles poussent en petits bouquets, parsemés le long des rameaux. Des fleurs femelles et mâles distinctes apparaissent. Les premières, fécondées, grossiront pour devenir de petits cônes refermant des graines. Celles-ci seront disséminées à l'automne et au printemps suivant.

DES AIGUILLES FINES ET UN BOIS RESISTANT

Les aiguilles du mélèze, fines et vert vif, lui donnent une allure légère. Elles procurent une ombre claire contrairement au sapin et à l'épicéa. Ces derniers forment des bois si serrés qu'ils paraissent presque noirs. Ils ne manquent certes pas de majesté mais ils sont trop sombres et répandent une atmosphère lourde.

En revanche, le mélèze, aussi majestueux grâce à son tronc droit et élancé, possède une grâce aérienne avec sa silhouette svelte. Il ne faut pas se fier à cette gracilité apparente. Le mélèze donne l'un des bois les plus durs et résistants. Les chalets de montagnes étaient autrefois construits avec ce matériau. Les incendies ont souvent fait des ravages mais les maisons épargnées ont toujours belle allure. Quant aux toits de bardeaux, ils sont encore très répandus. Les larges tuiles confectionnées en bois de mélèze sont imputrescibles et absolument imperméables durant des décennies.

Durable une fois coupé, le mélèze est aussi capable de vivre longtemps sur pied. Certains spécimens accumulent les siècles. En Italie on trouve un mélèze vénérable âgé de plus de mille ans !

( http://laharde.free.fr/nature/meleze.html )


*5' dans les « bouchons- foire aux champignons » de St Bonnet-le-Froid


St Bonnet-le-Froid – Lalouvesc - Satillieu

*Une variante après la route de St Pierre sur Doux : pris à droite direction La Faurie et Grangeon avec un jeune hêtre tout feu tout flamme


*Des petites routes comme je les aime

*Plein Sud vers la vallée du Doux

*Les hêtres ont été dégarni par le vent sur les hauteurs, mais ils ont encore leurs beaux plumages dans les vallées.

*A Polly un magnifique platane...

*... avant la maison fortifiée du Perrier

*Belle lumière, beau paysage... et belle petit route

*Lalouvesc : 5' d'arrêt pour admirer, savourer le beau panorama sur les Alpes... (pas évident sur la photo : sur la photo vers la branche, le Mont-Blanc. Plus facile à voir en réel)

*...avec la table d'orientation très précise : de gauche à droite, par ordre d'apparition les Massifs du Mont-Blanc , Beaufortin, Chartreuse, Allevard, Sept-Laux, Belledonne, grandes Rousses, Taillefer, Les Ecrins (de la Meije au Pic d'Olan) et le Vercors

  (1°chiffre altitude, 2° chiffre la distance en kms)



*Un petit historique de la basilique de Lalouvesc

-Dans les 11 kms de la descente sur Satillieu fait quelques arrêts pour prendre les derniers clichés de la journée, comme celui-ci au niveau du lacet du Bouchas

-ou peu après ce bouleau jeune et jaune


-Juste avant Satillieu la Serre de Sovion avec des peupliers en éclaireurs …



-Allez, les dernières fusées peupliers au Cabaret-Neuf

-et bouquet final à l'entrée de St Alban-d'Ay

Et pour finir l'émission « C'est pas sorcier » sur le thème de l'automne : toujours très intéressant pour petits et grands !!!



COL du Fayet- St Julien MM- Maclas- Véranne- (CX St Sabin)- CX de Chaubouret- (Thélis)- La Côte- La Versanne- Fogère- Gimel- CX de Caille- Chaussitre- Marlhes- Riotord- St Bonnet- COL des Baraques- Grangeon- Le Perrier- Lalouvesc- Satillieu- Annonay par PhilKiKou

Date

8/11/2014

 

 

Distance

148 kms

Lieu

Davézieux

 

 

Dénivelé

2617 m D+ / 2617 m D-

Sport

Cyclisme

 

 

Durée

07h24'04''

 

 

 

 

 

 

Moyenne

19.99 km/h

 

*superbe temps d'automne

*COL du Fayet 32'/9.2- Maclas 59'/22- CX de Chaubouret 2h32/44- CX de Caille 3h21/64- Riotord 4h32/85- St Bonnet 5h21/103-Lalouvesc 621/118

*Openrunner 4234299

*Temps pause 1h10 (pause pain au raisins/sablés/café Riotord) + Photos ...

 
  Cool "Je suis bien dans le Pilat à l'automne"   Clin d'œil

Billet précédent: Belle balade ardéchoise et cycliste aux couleurs automnales
Billet suivant: Découverte du Beaujolais : de cru en cru, de col en col !!!

7 commentaires

Commentaire de lalan posté le 09-11-2014 à 19:03:12

Merci , un vrai régale de voyager à travers tes photos. C'est tellement magnifique avec ces couleurs et ciel automnale. Et à chaque fois de nouveaux paysages .WHAOU. Merci.

Commentaire de Arclusaz posté le 09-11-2014 à 19:31:39

c'est beau le Pilat !!!!!

Commentaire de PhilKiKou posté le 09-11-2014 à 22:54:01

~Pas vu à l'oeil nu, mais sur la table d'orientation il mentionne la Dent d'Arclusaz !!! Un Bauju avec un oeil de lynx pourra peut-être l'apercevoir... à 137kms de Lalouvesc !!!

Commentaire de Arclusaz posté le 09-11-2014 à 23:35:38

oui, je l'avais immédiatement recherché sur la table d'orientation et trouvé mais je n'en ai pas parlé de peur de passer pour un monomaniaque ! je regrette cependant que Bauges soit mal orthographié. Il faut que je monte avec un burin pour enlever le "e" superfétatoire....

Ma belle-famille étant stéphanoise, je connais et j'apprécie le Pilat ; et il y a de jolis trails à faire !

Commentaire de Benman posté le 10-11-2014 à 00:20:59

Ah, les mélèzes. Quelle splendeur à l'automne. Merci pour cet instructif billet, avec toujours de très belles photos.

Commentaire de Le Lutin d'Ecouves posté le 10-11-2014 à 12:21:10

Superbe balade dans ce Pilat que je n'ai connu qu'en hiver quand s'y déroulait le RTT. Toujours de la culture et des images splendides. Les mélèzes, c'est balèze !

Commentaire de p'tetortue posté le 10-11-2014 à 13:09:32

Magnifique balade que tu as fait là :)
C'est de loin la saison que je préfère.

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.15 - 227240 visites