*ARDECHOISE 2017 : UNE BALADE EN TROIS TEMPS - JOURNEE 3 : RETOUR SUR UN PLATEAU
PhilKiKou

Aucune participation prévue dans les 8 semaines à venir.

Sa fiche

*ARDECHOISE 2017 : UNE BALADE EN TROIS TEMPS - JOURNEE 3 : RETOUR SUR UN PLATEAU

Par PhilKiKou - 24-07-2017 14:44:34 - 2 commentaires



1/ LE BEZ - GERBIER DES JONCS : ET UN PLATEAU DE MONTAGNE ARDECHOISE AU SAUT DU LIT !


    … 5h30 du mat’ j’ai mal aux cuisses, j’ai mal dormi le réveil sonne… Après un copieux petit déj. c’est un départ à la fraîche à défaut d’être frais.  Le programme de ce dernier jour est tout aussi copieux que les 2 jours précédents avec 209kms et 3535m. de D+ dans sa version longue, avec des raccourcis possible au GERBIER :
A/ en descendant directement à ST MARTIAL sans la boucle LES ESTABLES/MEZENC
B/ court-circuité CHANEAC et le COL DE L’ARDECHOISE en coupant entre LA CHAPELLE SOUS CHANEAC ET ST MARTIN DE VALAMAS, ce que j’avais fait l’an passé à cause de la pluie.
Malgré le soleil et ciel bleu et contrairement à d’autres cyclistes je prends l’option « quasi hivernale » avec les jambières, une veste et des gants à cause d’un vent du Nord assez fort et frais. Content de mon choix à 1400m. d’altitude je supporte bien mon équipement que je quitterai au fur et à mesure de la journée.
   Dès le départ le petit plateau est de service pour passer en douceur le COL DU PENDU et ses 200m. de D+ au saut du lit. La météo est plus clémente que l’an dernier à ce Col (quelques kms avant mon arrivée au gîte du  PAS DE L’ÂNE)

*Photo 2016 au matin du 3° jour..


*Photo 2016 au soir du 2° jour après une bonne averse après St Etienne de Lugdarès


et c’est la tête dans les nuages comme les éoliennes


que je passe devant avant de descendre sur le COL DE LA CHAVADE.


*Dernière vue sur le TANARGUE


Nous faisons que couper la route AUBENAS / LE PUY pour prendre une nouvelle petite qui à travers bois nous emmène à MAZAN L’ABBAYE*** l’endormi au mystérieux ronds jaunes ?...


   ***Tout commence avec la fondation de l'abbaye cistercienne au coeur du village. Celle-ci a lieu entre 1119 et 1122. En ce début de XIIe siècle, des chanoines viennent s'installer sur le lieu du Mas d'Adam (toponyme qui va évoluer vers MAZAN), et sont rejoints par des moines venus de l'abbaye de Bonnevaux. Ces religieux édifient une immense abbaye, dont il ne reste aujourd'hui que les vestiges, qui connaît une période d'apogée qui dure jusqu'à la guerre de Cent ans. Elle donne naissance à quatre autres abbayes qui sont Bonneval, Sénanque, Sylvanès et le Thoronet ainsi qu'à des établissements de moniales.
Après cette période prospère, les malheurs se succèdent à l'abbaye de Mazan : elle est pillée par les grandes compagnies de la guerre de Cent Ans, puis attaquée par les huguenots à la période moderne. Avant ce dernier pillage, les moines auraient, selon la légende, fondu avec tous leurs trésors un cloche en or, qu'ils auraient enterrée quelque part, vis à vis et en face de l'oeil de boeuf, a portée du chant du coq.
Suite à la révolution française, l'abbaye est désertée, l'église abbatiale est conservée pour le culte du village qui s'est formé progressivement autour de l'abbaye. Au cours du XIXe siècle, le prêtre en charge de la paroisse de MAZAN ne cessant de se plaindre du grand froid qui régnait dans cette immense église, l'évêque met en route les travaux de construction de la nouvelle église et la destruction d'une partie de l'abbaye, afin d'en récupérer les pierres. Dès lors, ce magnifique bâtiment roman ne cesse d'être pillé.
En 1901, la commune originelle de MAZAN ET MEZEYRAC qui comptait parmi les plus vastes de France est scindée en deux communes qui sont ISSANLAS et MAZAN L'ABBAYE.
A voir et à visiter : ruines de l'abbaye cistercienne fondée en 1119 par le moine Amédée d'Hauterives.
http://www.ardeche-sources-loire.com/FR/prestataire--village-de-mazan-l-abbaye--quevoir-nosvillages--641434,fdc37533f6af4b10d3cc094b2f1d5477.html


La descente se poursuit pour arriver à ST CIRGUES EN MONTAGNE où je fais une pause thé après 25kms principalement descendant. Pas mal de cyclistes hébergés dans ce village, dont certains qui prennent un raccourci non officiel pour aller directement à STE EULALIE sans passer par le LAC D’ISSARLES et LE BEAGE. Pour ma part  j’ai eu un gage pour longer le BARRAGE DE LA PALISSE***, 1° barrage sur la LOIRE, et faire un tour de montagne russe pour traverser le Gage et atteindre LE COL DE GAGE (1098m.)


   *** Le barrage de la Palisse sert de réservoir de régulation pour l'usine hydro-électrique de Montpezat. Il mesure 56 mètres de hauteur, 195 mètres de longueur, entre 1,50 mètres (à la crête) et 5,70 mètres (au pied) de largeur. Pêche à la truite.
Le volume du barrage est de 30 000 m3. Il a été construit entre 1951 et 1954. Site inscrit au Pôle d'Economie du Patrimoine.
Quand le lac de barrage est vide, on peut y observer les traces des différents niveaux du lac et les marques d'érosion (des « minis » canyons) au fond.
En partie vidé de ses eaux, le barrage de la Palisse sur la Loire révèle d'impressionnantes falaises basaltiques.
En Ardèche, il y a une communication entre les lacs et le barrage qui sert à remplir le lac pour les touristes pendant l'été et à alimenter des turbines qui produisent de l'électricité.
La surveillance de ce barrage est très stricte, ainsi on surveille à la jumelle des bornes de contrôle afin de voir si il il y a de légers déplacements ce qui signifierait des fissures.
Ce barrage est sur la Loire (qui en est à ses débuts et se jette dans l'océan Atlantique) or l'eau qui sort des turbines va dans l'Ardèche (qui elle se jette dans le Rhône puis dans la mer Méditerranée). C'est ainsi que l'eau de l'Atlantique est détournée vers la Méditerrannée.
Sur la route qui mène à la Palisse vous pourrez rencontrer une ligne imaginaire: "la ligne de partage des eaux": d'un côté de cette ligne les eaux des différentes rivières finissent dans le mer Méditerranée (l'Ardèche par exemple) alors qu'au-delà de cette ligne les eaux finissent dans l'océan Atlantique (la Loire par exemple).
Près du barrage de la Palisse, la Loire change de direction en buttant sur la coulée de lave de l'imposant suc de Bauzon, alors qu'elle était au bord du plateau prête à glisser sur les pentes ardéchoise en direction du sud-est, vers le Rhône. C'est une autre route, beaucoup plus longue à travers la France, qui attend désormais le jeune fleuve…
http://www.ardeche-sources-loire.com/FR/prestataire--barrage-de-la-palisse--115250.html

   Le LAC D’ISSARLES*** est à mes pieds


et je descends au bord du lac pour savourer une bonne soupe à la châtaigne au ravitaillement, soupe que j’avais encore plus appréciée l’an dernier sous la pluie…



*** Construit à 946 mètres d’altitude sur la rive droite de la Loire, à 38 kilomètres du Puy en Velay et 70 kilomètres de Privas, Issarlès est posé sur une coulée basaltique, dans la zone volcanique la plus récente de France au centre du plateau ardéchois.
   Le village est fait de vieilles maisons aux murs de granit et aux toits de lauze. Village le plus ancien du cartulaire (recueil des chartes d’une église ou d’un monastère), son nom apparaît pour la première fois en 955 dans une charte de Saint Chaffre du Monastier.
   Issarlès s’articule autour de deux magnifiques places, l’une ayant gardé sa pelouse et l’autre qui s’étend autour de l’église et restant la plus animée par les foires et les marchés.
   L’église date du XI° siècle, entièrement rénovée, elle associe le style roman et le style gothique. Son clocher est entouré d’importantes tours.
   Ensuite le Lac d’Issarlès, à seulement 5 kilomètres du village. Le lac d’Issarlès est devenu une commune indépendante du village d’Issarlès en 1929. C’est un lieu de séjour agréable par son climat méditerranéen et la présence du lac, joyau du plateau ardéchois. C’est un lac naturel d’origine volcanique à 1000 mètres d’altitude, de 5 km de circonférence, de 91 ha de superficie et d’une profondeur allant jusqu’à 138 m (l’un des plus profonds de France).
   A proximité du lac, allez voir les deux grottes troglodytes, creusées dans la falaise. La grotte supérieure a servi d’habitation au gardien du lac jusqu’au début du XX° et la grotte inférieure servait de remise.
   Pour les passionnés de randonnées, un sentier qui permet de faire le tour complet du lac et de nombreux chemins balisés offrent de très belles balades à travers les chemins forestiers et le long des ruisseaux.
   Enfin, à seulement 1,5 km du lac, arrêtez-vous au belvédère du col du Gage qui vous permettra de contempler la magnifique vue sur le lac dans sa totalité.
http://www.ardeche.com/ville-village/issarles.php

   Montée en pente douce jusqu’au BEAGE après 45kms et 2h30 de vélo, avec un ravitaillement important et bondé.


Je poursuis ma visite des toilettes que je continuerai tout au long de la journée avec des maux d’estomac qui ne seront heureusement jamais très important. Je retrouve 2 cours d’eau déjà croisé aujourd’hui : Le GAGE que je retrouve non plus dans des gorges mais sur un plateau près de sa source, et la LOIRE à STE EULALIE, village bien décoré et animé qui vaut le détour.


  




La LOIRE que je suis jusqu’à sa source avec une bonne montée jusqu’au…



, vous aurez deviné et ça coule de source, le fameux GERBIER DES JONCS ! ***.
 Descriptif géographique : « c'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap !
Que dis-je, c'est un cap ? ... c'est une péninsule ! »
    Ca souffle fort au carrefour de tous les parcours, au pied du Gerbier où j’arrive après 3h25 de vélo et 60kms.

***le Mont Gerbier-de-Jonc est un ancien volcan. Sa forme en " pain de sucre " est très caractéristique de la région. En effet, il n'est pas le seul sur le plateau ardéchois, un autre est aussi célèbre : le Mont Mézenc, plus haut sommet du département de l'Ardèche avec ses 1754m.
Le Mont Gerbier-de-Jonc a été déclaré "site classé" en 1933. Son origine et l'étymologie de son nom viendrait des mots "Gar" signifiant rocher et "Jugum" signifiant montagne.
Cet étonnant empilement de roches phonolithiques (roche volcanique de couleur gris clair la phonolithe ou lauze est utilisé sur le plateau ardéchois pour recouvrir les toits des fermes) haut de 1551 mètres datant de 8 millions d'années, époque où de nombreux volcans étaient encore en activité en Auvergne, est surtout connu pour être le berceau du plus long fleuve français : la Loire. En effet, une nappe phréatique se trouve sous ce volcan et alimente en permanence différentes sources qui, en se rejoignant un peu plus bas donnent naissance à la Loire. Le fleuve parcourt ensuite 1012 kilomètres à travers la France jusqu'à l'estuaire de Nantes et l'Océan Atlantique.
Ainsi grâce à cela, le Mont Gerbier-de-Jonc est le deuxième site touristique du département de l'Ardèche après les gorges de l'Ardèche.
N'hésitez pas à faire son ascension. En une petite heure vous atteindrez son sommet d'où le point de vue est inoubliable.
http://www.ardeche.com/sites-naturels/mont-gerbier-de-jonc.php


2/ GERBIER DES JONCS / LA CHAPELLE SOUS CHANEAC :
          LA BOUCLE DU MEZENC, UN PUR BONHEUR !!!


   Aucune hésitation à ce stade là sur le parcours à emprunter : ce sera ma boucle préférée de l’Ardéchoise, celle des SUCS, excellente et succulente à savourer sans modération surtout avec cette météo. En quelques centaines de mètres je vois 2 autres façons de sillonner et découvrir l’Ardèche : une assez répandue c’est la randonnée,


la seconde plus inhabituelle c’est à mobylette !!!


J’en ai croisée une trentaine qui faisait une sortie, dont certaines avec un jerricane sur le porte-bagages, surement nécessaire avec l’autonomie de ces pétrolettes et la rareté des pompes à essence sur le plateau.
   Un des jolis coins traversés se situe aux ROCHERS DES PRADOUX*** à proximité du SUC DE SARA.




   *** Le Rocher des Pradoux correspond géologiquement à une barre rocheuse phonolitique isolée (la phonolite est une roche volcanique).
     http://www.ardechepleincoeur.com/profiter-de-la-nature/2983038-2292,rocher-des-pradoux.html
   L’arrivée sur LES ESTABLES se fait avec vent du Nord de face, ce qui doit plus gêner les « mobylettes » que moi (celles-ci me doublent et font l’Ardéchoise sur le parcours des Sucs ou de l’AVM….) Descente sur LES ESTABLES tapis entre les MONTS D’ALAMBRE ET DU MEZENC pour essayer de résister au temps hivernal.



Je pointe AUX ESTABLES à 11h18’ après 4h03’ de vélo et 38’ de pause. J’en fais une petite au ravito du village pour grignoter et remplir ma gourde à la fontaine avant de monter sur le toit de l’Ardéchoise avec la CROIX DE BOUTIERES à 1506m. Après deux lacets à la sortie du village c’est une montée rectiligne qui nous attend avec un % que j’estime à 6-7%.


A ma gauche le MEZENC***


massif et imposant nous domine  et droit devant au Sud-Ouest du MEZENC j’atteinds la CROIX DE BOUTIERES et son panorama volcanique ! Un banc libre pour faire une pause casse-crôute, en prendre plein les yeux et laisser reposer un peu les « cuissots ». Du GERBIER, SUC DE SARA, SUC DE TOURON, LE GOULEYOU, ROCHES DE BOREE, aux ROCHERS DE PIALOUX le spectacle est majestueux !!!

 


*** le Mont Mézenc, "trapu, impassible comme un bœuf énorme couché sur les prés, levant un peu le front vers le soleil." dit P. Albigny du Mézenc !
http://www.ardeche-sources-loire.com/FR/prestataire--village-de-la-rochette--quevoir-nosvillages--661336,fdc37533f6af4b10d3cc094b2f1d5477.html
   Pas trop le temps d’admirer ce paysage, il faut que je reprenne la route en descendant sur le beau balcon Est du MEZENC en passant sous les ROCHERS DES CUZETS où des marmottes ont élu domicile (il y en a d’ailleurs une qui traverse la route sans crier gare).



Un véritable plaisir de rouler sur cette route en balcons

 


en passant à proximité de la ferme de MEDILLE, posée au milieu d’un cirque boisée. Cette route en balcon se termine par une partie plus vallonnée pour rejoindre le lacet, le ravito et enfin le COL DU VIALLARD. Avec son rocher inséré dans son lacet et un beau point de vue, le lacet du VIALLARD vaut le détour. Ce fut un cliché pris par le photographe de la brochure de l’Ardéchoise permanente « Sur les Routes de l’Ardéchoise » où j’ai servi de « mannequin » pour l’occasion.



  


Toujours un bel accueil et un bon ravito tenue par les habitants de LA ROCHETTE qui ont eu l’excellente idée de se mettre à l’abri du vent du Nord juste en dessous du col. Je me fais servir par les « Demoiselles du Viallard » du coca, saucisson, crème de châtaignes, de quoi avaler prochainement le COL de l’ARDECHOISE ! Une de ces jeunes filles a reconnu mon casque et m’a déjà vu à St BARTHELEMY le MEIL / BEAUVENE lors du 1° jour. Je leur donne un souvenir « p’tit vélo » avant de repartir pour de nouvelles aventures.


*Les Demoiselles du VIALLARD !



*La route en balcons du Mézenc


   Juste après le COL du VIALLARD départ du nouveau parcours du LIGNON qui passe par LE CHAMBON, TENCE, avant de rejoindre les autres parcours à ROCHEPAULE. Autant de kilomètres, moins de dénivelée, mais surement plus exposé au vent. Je reste fidèle au parcours d’origine et file sur ST CLEMENT par le COL DE LA SCIE, qui de ce côté-là n’a rien d’un col, juste un faux-plat d’1 / 2 kms à côté des 2 éoliennes qui tournent plein pot. ST CLEMENT et son ECOLE DU VENT la bien-nommée




*Haie d'honneur pour le Gerbier


, en bordure de la vallée de la SALIOUSE, offre un dernier point de vue époustouflant sur le GERBIER, SUC DE SARA et MEZENC.


  

*Couleurs 2017, et dessous celle de 2016 ... y'a pas photo !!!



Descente aux sons des orgues basaltiques dans la vallée de SALIOUSE par une petite route quasiment sans voiture mais non privatisée, il faut donc rester vigilant (on l’oublierait presque vu le peu de voitures croisée, la 1° de la journée ce fut au bout d’1 heure 20’ !!!...).


3/ LA CHAPELLE SOUS CHANEAC-ST MARTIN DE VALAMAS :
        UN DERNIER PETIT TOUR AU PAYS DES SUCS


Passage à LA CHAPELLE SOUS CHANEAC avec le vélo géant fidèle aux postes à la fin de la descente où 3 jeunes cyclistes nous encouragent.


Petite escale à la CHAPELLE où les bénévoles manifestent joyeusement contre le nouveau parcours Alti-Ligérien qui fait que beaucoup moins de cyclistes passent par leur village. Le temps d’une photo


et d’entendre leurs revendications je repars vers le carrefour/barrière horaire de CHANEAC qui est à 14h30. Il est 13h 25’ lorsque j’arrive à ce carrefour après 5h36’ de vélo et 106kms.
   COL DE L’ARDECHOISE ou pas ? Encore 100kms, 4 cols et pas mal de dénivelée avec la version longue, donc une arrivée tardive mais faisable. Allez, en prenant le temps, quelques « coup de fouets » (qui commence à m’écoeurer sérieusement) et pauses je pars pour le grand parcours, frustré de ne pas l’avoir fait l’an dernier.
   Montée assez raide après le pont sur l’AZETTE que je vais suivre tout au long de cette ascension. L’arrivée à CHANEAC réserve toujours une bonne surprise côté animation. Cette année c’est un voyage en Italie qui nous est proposé. Arrêt obligatoire pour saluer les bénévoles, se faire prendre en photo avec les encouragements de la Ciccolina, avoir la bénédiction du Pape François, et bien regarder tous les détails des décors de CHANEAC toujours au top. Par contre pas trouver grand-chose côté ravitaillement mais j’ai ce qu’il faut dans la musette. Un pointage à 13h32’, le plein d’eau et en route pour attaquer le COL DE L’ARDECHOISE !!!


Le coureur italien Michele Scarponi (37 ans, Astana) est décédé  samedi 22 Avril 2017 suite à un accident de la route survenu pendant une séance d'entraînement. Percuté par un van, le vainqueur du Tour d'Italie 2011 (suite à la disqualification d'Alberto Contador), serait mort sur le coup.
Après avoir débuté sa carrière professionnelle en 2002 au sein de l'équipe Acqua & Sapone-Cantina Tollo, il a rapidement obtenu un rôle important la saison suivante en s'engageant chez Domina Vacanze-Elitron. En 2003, il se distingue en terminant 16e du Tour d'Italie et 13e du Tour d'Espagne. Cette même saison, il avait échoué à se placer sur le podium de Liège-Bastogne-Liège (4e) et de la Flèche wallone (7e). ( source l'Equipe)



 

 

 


   

Ce ne sera pas une montée en solo mais en duo, et même un final ou presque jusqu’à LALOUVESC


je roulerai et discuterai avec un cycliste normand qui a le même rythme que moi.
    Montée connue et reconnue faite de nombreuses fois avec le parcours des Sucs :
-Montée en faux-plat après CHANEAC jusqu’au hameau de BOIS-LANTAL
-Suivi d’une bonne montée en sous-bois ponctuée de quelques lacets
-Et pour finir partie dégagé avec des pourcentages moins importants et assez réguliers.
   Chaleur pas trop étouffante avec le vent du Nord, nous montons piano en duo jusqu’au COL de L’ARDECHOISE où je fais une pause pour souffler et passer aux toilettes « nature ».


Je retrouve mon collègue de route à BOREE** en train de déguster du pain à la violine ****



   ** Au coeur de la région des Boutières (Haute Ardèche) et à proximité du Mont Mézenc, la commune de Borée est entourée d'un patrimoine naturel très riche et offre des paysages magnifiques. Elle possède de plus plusieurs particularités.
La première est la façade atypique de son église, composée de différents types de pierres: tuf jaune, granite, trachyte et scorie rouge. Toutes ces pierres proviennent de différents volcans de la région. Il en est de même pour le toit, en phonolite. Ce mélange de pierres donne à l'église un aspect coloré et donc très vivant. L'autre spécificité de l'église de Borée est sa vierge noire placée au-dessus de l'autel principal. La vierge noire est souvent représentée avec une couronne et a tenu place importante dans la spiritualité chrétienne. Elle fut même la protectrice des chevaliers du temple et des chevaliers teutoniques. Ce type de statue constituait un objet de pèlerinage ayant un grand pouvoir de guérison et de fertilité.
   Situé sur le coteau qui lui fait face, la deuxième particularité du village, le Chier de Borée, est une véritable curiosité. Il s'agit d'un calendrier monumental. Composé de 70 pierres disposées de manière bien précise ( le mot « chier » signifie tas de pierre en patois local ), il s'étend sur un cercle de 79,20 mètres de diamètre entouré d'un muret de pierres.
Chaque pierre du calendrier a un nom et une signification. Celle du centre est la pierre du sanglier blanc. On retrouve aussi la pierre de création, la pierre de réception, La pierre de l'enthousiasme, la pierre de la croissance, la pierre de la mesure,... Neuf thématiques composent le Chier de Borée: la mémoire - la réflexion et les philosophes - les secrets et les désirs - les voyageurs et les pèlerins, les astronomes et les cartographes - les géomètres - les délices et les contemplations - les écritures - les solidarités - les poésies et les mythologies. Sur une grande partie des pierres on retrouve des inscriptions (en latin et en patois local), des signes et des images gravés. Ces pierres sont numérotées, et l'on peut voir des bandes en dessous des numéros.
Oeuvre d'art à part entière, le Chier de Borée joue aussi un rôle pédagogique, en racontant l'histoire culturelle du haut pays des Boutières. Ses objectifs? La connaissance, la transmission d'un savoir, d'une identité, la tenue de fêtes. Ce monument ne manquera pas d'émerveiller les visiteurs, de par sa taille et sa dimension mystique.
http://www.ardeche-sources-loire.com/FR/prestataire--village-de-bore--quevoir-nosvillages--659805,fdc37533f6af4b10d3cc094b2f1d5477.html
     -------------------------------------------
   ****La violine de Borée est une vieille variété traditionnelle du plateau ardéchois

La chaire violette, comme pour les autres bleues, est due à la présence d'un pigment violacé, comme ceux de la betterave : l'anthocyanine .
La récolte demande de 130 à 150 jours, ce n'est pas une précoce, elle se conserve  bien (8 mois).
De forme plutôt ronde, à la peau noire et chaire violette (mais pas uniforme comme la vitelotte) qui conserve sa couleur à la cuisson. Son onctuosité, son goût subtil de châtaigne et sa couleur originale lui ont permis d'être adoptée par quelques grands chefs de cuisine locale.
http://www.lejasbio.fr/actualit%C3%A9-jas-orange/la-violine-de-bor%C3%A9e
      Un peu de répit et de repos pour les jambes jusqu’à ST MARTIN DE VALAMAS en descente ou faux-plat descendant en suivant l’EYSSE, affluent de l’EYRIEUX. Petite variante par rapport aux années précédentes : plus de passage à ST MARTIAL pour les circuits des SUCS, AVM,… mais raccourci de quelques kilomètres par une route au bitume en mauvais état. Nous faisons la partie descente en solo et nous nous retrouvons dans la Vallée de l’EYSSE où il faut relancer. Je vois furtivement le ROCHER DE SOUTRON avant de passer à ARCENS et son usine d’eau gazeuse et filer en trio jusqu’à ST MARTIN DE VALAMAS et son ravito bien déserté par la vague, le tsunami des cyclos des Boutières passé quelques heures plus tôt.


4/ ST MARTIN DE VALAMAS / ST FELICIEN :
           DERNIERE LIGNE DROITE AVEC 70KMS ET 1250m. DE D+

 Pointé à 15h. 23’ 32’’, 8h45’ après mon départ matinal, 7h23’ de vélo  et 139 kms, le compte à rebours est parti dans ma tête sur les cols à gravir et les 70kms restants avant l’arrivée à ST FELICIEN. Décompte de 3 cols (ou faux-cols, car non répertoriés dans le club des cent cols) : CLAVIERE après ST AGREVE, ROCHEPAULE et LALOUVESC avec les derniers 1250m. de D+.
   La montée de ST AGREVE est assez roulante, démarre par un faux-plat et prend quelques pourcentages au fur et à mesure. Au début de cette ascension j’ai eu les encouragements d’un ancien collègue handballeur, toujours cycliste et investit à 100% dans l’organisation de l’Ardéchoise. Il est responsable de l’Assistance Mécanique et s’occupe aussi le l’Ardéchoise Permanente.
   J’attends toujours le passage à ST JULIEN BOUTIERES  avec impatience car les animations sont toujours 5 ***** ! Cette année nous partons en ECOSSE avec kilts, cornemuses, monstre du Loch Ness et douche écossaise avant de repartir. Le joueur de cornemuse était essoufflé et avait jeté l’éponge, mais l’accueil est toujours aussi sympathique.



 

 

 

 


   Montée toujours piano avec quelques cyclistes que l’on double et d’autres qui nous passent à bonne allure en bouclant les SUCS ou l’AVM. Une belle et nouvelle fresque



à côté du Viaduc de l’ancienne voie ferrée** parallèle à la route. Une autre Viaduc du Bon Pas rebaptisé Pont du Malheur **** est un peu visible après INTRES en contre-bas de la route.
**Histoire : En 1878 le ministère des Travaux Publics, administré par l'ingénieur Charles-Louis Freycinet, décide de compléter le réseau ferroviaire par un réseau secondaire notamment dans le Vivarais et le Velay enclavés. En 1881, la compagnie P.L.M. élabore une étude complète avec devis pour trois lignes devant desservir les villes de Tournon-sur-Rhône Lamastre, La Voulte-sur-Rhône-Le Cheylard et La Voûte-sur-Loire-Yssingeaux (sous-préfecture de la Haute-Loire). Cette étude élaborée selon les normes PLM (écartement des rails à 1,43 m, déclivité maximum à 25 mm/m, courbe minimum de 250 m) atteignait une somme considérable. En 1883 une nouvelle étude est demandée à la Compagnie PLM, avec des normes révisées (écartement métrique des rails, déclivité maximum à 30 mm/m, courbe minimum à 100 m) en raison des améliorations récentes apportées par les locomotives Mallet. La Compagnie PLM abandonne la construction des lignes à voie étroite à la jeune Compagnie des Chemins de Fer Départementaux qui le 13 avril 1886 signe, avec le Ministère des Travaux Publics, une convention de construction et d'exploitation pour 99 ans. Plusieurs lignes sont construites dont celle de La Voulte-sur-Rhône au Cheylard inaugurée en 1891. Puis le 25 mars 1899 des lignes de raccordement, déclarées d'utilité publique sont concédées à la Compagnie CFD dont celles du Cheylard à Dunières en passant par Saint-Agrève-Tence-Raucoules-Brossettes et celle de Raucoules-Brossettes à Yssingeaux. Les travaux de ces lignes nécessitent des ouvrages d'art considérables en particulier sur le tronçon Le Cheylard-Saint-Agrève, car l'on passe de 430 m d'altitude au Cheylard à 1050 m d'altitude à Saint-Agrève, soit un dénivelé de 620 m sur un parcours de moins de 25 km au cours duquel on franchit la chaîne des Boutières et de profondes gorges ; entre Saint-Julien-Boutières et Saint-Agrève la pente approche le maximum de la valeur nouvellement autorisée soit 32,5 mm/m. Si les tronçons de Le Cheylard-Saint-Julien-Boutières, Saint-Agrève-Raucoules-Brossettes-Dunières et Raucoules-Brossettes-Yssingeaux sont mis en service de septembre à décembre 1902, celui de Saint-Julien-Boutières Saint-Agrève n'est terminé que le 29 mai 1903. En effet sur ce dernier tracé d'immenses tranchées entaillent le massif, pour réaliser une succession de courbes consolidées par de nombreux murs de soutènement, ainsi que trois tunnels dont deux sur la commune de Saint-Agrève aux lieux-dits Bois de Seyne et Les Ribes de Chavagnac et quatre viaducs, dont ceux de Saint-Julien-Boutières et le viaduc du Bon-Pas qui franchit le torrent de l'Aigueneyre à 35 m de hauteur en arrivant sur la commune de Saint-Agrève. Tous ces ouvrages, construits par des maçons tailleurs de pierres, font de ce dernier tronçon l'oeuvre majeure de la CFD. A cela s'ajoute, du fait des rigueurs climatiques, la mise en place de barrières anti-congères. La locomotive à vapeur Mallet n°401, qui fonctionne sur cette voie métrique, est l'une des plus puissante de France elle permit, outre le transport de voyageurs, un important transport de marchandises (bois, charbon, bétail, fruits, service des postes). A partir de 1934 les autorails de Dion Bouton puis Billard, en 1935, sont mis en circulation sur cette ligne, qui en 1949 se dote d'un autorail direct La Voulte Dunières surnommé "La flèche des Cévennes". Enfin, vers en 1960 arrive la première locomotive Diesel. La ligne est désaffectée le 31 octobre 1968. En 1970, la compagnie des Chemins de fer du Vivarais met en circulation un circuit touristique sur le tronçon Saint-Agrève-Dunières. Aujourd'hui propriété d'un syndicat intercommunal, la ligne est exploitée par l'association Voies Ferrées du Velay (VFV).
http://www.actuacity.com/voie-ferree_m8371/

            --------------------------------------------------
****Le 8 septembre 1902, lors de la construction du viaduc du "Bon Pas" 9 ouvriers  trouvèrent la mort lors de l'effondrement de la clef de voûte. Ce viaduc, ouvrage de la ligne CFD La Voulte sur Rhône - Saint Agrève devint alors le "Pont du malheur".
https://www.ardeche-guide.com/sites-et-monuments-historiques-en-ardeche/le-pont-du-malheur-105632


   Arrivé à SAINT-AGREVE après 8h33' de vélo et 155kms. Je propose à mon compagnon de route de s'arrêter prendre un coca à mon bar habituel de pause entrainement. Proposition accepté qui nous fait le plus grand bien avant de reprendre la route de Devesset, bifurqué avant la barrière horaire de 17h45' (de mémoire vers 17h )


et la descente sur l'AYGUENEYRE  qui précède l'avant-dernière montée, celle de ROCHEPAULE. Montée de 3.5 kms avec le plus de % sur la 1° partie, puis régulier avant d'apercevoir le village tout là-haut.


Pas la cohue, mais encore de l'animation au ravitaillement où je tombe, telle une volée de moineaux, sur un excellent fromage.. Vu que l'appétit vient en pédalant j'engloutis pas mal de tranches... descente qui réclame de la vigilance avec la fatigue et les virages un peu serrés avant de franchir le DOUX ( le dernier franchissement c'était avant BOUCIEU LE ROI il y a 2 jours..) et de me trouver au pied de la montée de LALOUVESC ( prononcé Lalouvé par les autochtones et Lalouvesque par certains estrangers..).

*La journée a été longue aussi pour les musiciens, il est temps de plier !



Nous attaquons toujours en duo cette montée qui a de bons % sur 5.5kms ( 6 à 7.5) et s'infléchit par la suite. Cet après-midi sous l'effet conjugué des milliers de cyclistes et de la chaleur à l'abri du vent, le goudron s'est transformé en colle et une partie de la route a été interdite sur 10-20m. car le goudron partait en lambeaux !!!
    Loin de ce trafic et de cette chaleur nous montons tranquillement avec les autres retardataires des parcours au-dessus du Doux et des Boutières, entre autre un cycliste à l'arrêt qui repartira et roulera avec nous qui après les Boutières l'an dernier a voulu partir sur la Volcanique avec des collègues avec 1000kms et peu de D+. Il rentre en prenant son temps et à l'énergie... Ce n'est pas le cas de Baptiste de la TEAM VENTOUX que je vois passer sur un bon rythme en train de boucler son AVM !!!  Les 3.5 derniers kms de montée sons plus tranquilles et j'arrive à LALOUVESC avec un petit air d'arrivée après 10h20 de vélo et 185 kms. Pas d'arrêt au ravito mais aux toilettes ( je pourrai faire un guide sur les toilettes Ardéchoises ;-)
   Pour les derniers 24 kms quasiment tout en descente ou faux-plat descendant je vais y aller en douceur, laissant partir mon coéquipier de fortune, n'essayant pas d'accrocher les roues des petits groupes qui me passent.
   Après le COL du Buisson, son village miniature

*Pompiers et gendarmes encore en vigilance Ardéchoise

et PAILHARES


un groupe d'une dizaine de cyclistes me doublent et descendent à fond les ballons en peloton serré. Dans un virage un peu serré un cycliste se fait surprendre, trajectoire un peu bizarre et chute d'un anglais à priori sans trop de gravité.
   Un peu refroidi par cette épisode je savoure quand même le dernier km, content d'avoir pu boucler cette MERIDIONALE / MONTAGNE ARDECHOISE EN 3 JOURS dans son intégralité.

Passage par la case repas, et en partant interpelé par GILOU  de la HAUTE-BIGUE et de la TEAM VENTOUX qui attend BRI la renarde qui tentait l'AVM, mais le vent ne lui aura pas permis de passer les barrières horaires mais qui fait tout de même 230 kms.

Bouclé ce 3° jour en 11h10' de vélo + 1h50' de pause soit un total de 13h pour 209kms et 3535m de D+
    et sur les 3 jours    32h25' de vélo / 615kms et 10500m. de D+.
Mais au-délà des chiffres qui sont de plus en plus anecdotiques je retiendrai surtout les rencontres humaines, les paysages !!!
   " Plein les cannes et plein les yeux de ces 3 jours , et prêt à remettre çà en 2018 ;-)  "


5/ QUELQUES PHOTOS DE L'ARDECHOISE EN 1 JOUR

http://www.velovelo.com/spip.php?rubrique381&lang=fr

*Le Pont des Soupirs à Lamastre

*Un cycliste multi-sports

*A la force des bras...

*Grand spectacle à ST JULIEN BOUTIERES





*La montée de MEZILHAC un pur régal pour les yeux !!!

* Deux pelotons dans le vent !

*Faut pas buller et souffler pour grimper la dernière montée de LALOUVESC




Billet précédent: *ARDECHOISE 2017 : UNE BALADE EN TROIS TEMPS *JOUR 2 : ON DIRAIT LE SUD, des GORGES DE L’ARDECHE et du CHASSEZAC pour arriver dans la MONTAGNE ARDECHOISE
Billet suivant: Les villages et hameaux du bout du monde : Acte 2 scène 1 : moteur !!!

2 commentaires

Commentaire de Siberian wolf 10 posté le 29-07-2017 à 01:40:58

Bonsoir et bravo pour ce périple. D'habitude ce parcours, les autres le font en quatre jours. La longueur a l'avantage que là les routes sont plus tranquilles. Par contre ça peut mettre un peu la pression sur les délais.

Pour ce qui est du mont Gerbier de Jonc, il y a un panneau au pied qui dit que l'ascension se fait en une heure mais à partir du moment où on pratique la randonnée, on met beaucoup moins de temps. Je l'avais grimpé en 2007 et j'avais mis 12 minutes en marche rapide pour atteindre le sommet. Vraiment un site superbe mais hélas victime de son succès car pas toujours respecté par les touristes: sur les auberges au col, j'y avais vu pas mal de mouchoirs laissés ici à l'été 2009.

Pour ce qui est du petit parcours en Haute-Loire, je crois pas qu'il aura beaucoup de succès car il enlève pas mal de dénivelé.

Commentaire de PhilKiKou posté le 29-07-2017 à 11:46:10

merci pour ta lecture et ton commentaire .. L'an prochain si l'entrainement et la forme je partirai sur le circuit des Gorges. bon été et bon vélo ;-)

Il faut être connecté pour pouvoir poster un message.

Haut de page - Aide - Qui sommes nous ? - 0.15 - 227237 visites